L'Herbu

L'Herbu

Le blog d'Alain Dubois, Saturnin Pojarski et Augustin Lunier

Merci aux trois petits cochons

Merci aux trois petits cochons

__________

 

L'élection d'aujourd'hui était la première depuis longtemps à permettre une expression indépendante des travailleurs face au continuum néolibéral qui va de l'extrême-droite aux frondeurs du PS. Ces derniers, appuyés par les candidats d'extrême-gauche, ont réussi cet exploit d'empêcher Mélenchon d'accéder au second tour de ces élections. Cet échec sera lourd de conséquences.

__________

 

 

Les derniers scrutins qui peuvent être qualifiés de "victoires" pour les travailleurs dans ce pays sont le vote "Non" au référendum de 1969 qui a permis de dégager de Gaulle et le vote "Non" à la constitution européenne de 2005 qui n'a rien permis car il n'a pas été suivi d'une mobilisation populaire permettant de le concrétiser. Les élections de Mitterrand et de Hollande ont été des puits sans fond de déceptions pour tous ceux qui s'en étaient réjouis: en avril 1981, dans leur "naïveté", ne dansaient-ils pas place de la Bastille en reprenant le slogan, pourtant marqué au fer rouge, "el pueblo unido jamas sera vencido", qui avait accompagné la trahison de Allende refusant d'armer le peuple et laissant Pinochet préparer tranquillement son coup d'Etat? Les mêmes se sont ensuite "étonnés" de la mise en place et la poursuite de la rigueur par les gouvernements Mitterrand, Jospin et Hollande. Le quinquennat exceptionnellement catastrophique de Hollande a ouvert une situation politique historiquement nouvelle, dans laquelle Mélenchon, qui n'avait recueilli que 12 % des suffrages en 2012, avait de réelles chances d'être élu. Au-delà de sa personne, du mouvement des insoumis et de son programme, son élection, qui était possible, aurait ouvert une nouvelle période historique, en suscitant une dynamique considérable dans le pays et ailleurs, mettant un premier frein à la destruction accélérée des acquis sociaux dans toute l'Europe et de l'environnement planétaire.

Ce ne sont pas Macron, Le Pen et Fillon qui ont gâché cette chance historique, ce sont les trois petits cochons, Hamon, Poutou et Arthaud. Le premier, en restant arrimé au PS, a ruiné sa crédibilité et les chances de sa propre candidature. La plaisanterie des "frondeurs" a fait long feu, mais elle a suffi pour priver Mélenchon des quelques pour-cents de voix qui lui auraient permis d'être en tête du premier tour. Quant aux deux autres, ils ont voulu "jouer" aux élections, en s'en servant comme d'une tribune pour faire "entendre leurs idées". Ces gens se présentent comme des "révolutionnaires", mais la première tâche d'un  révolutionnaire est de contribuer à favoriser le regroupement et la formation de la classe ouvrière, de la mobiliser, de lui permettre de se préparer aux combats futurs. Quel imbécile peut croire que, à cet égard, l'élection de Macron ou Le Pen sera de même nature que l'élection de Mélenchon (quels que soient les reproches qu'on peut adresser à ce dernier ou le doutes que l'on peut avoir sur ce qu'il aurait fait une fois élu). Le refus de ces trois candidats de se désister en faveur de Mélenchon juste avant le premier tour reflète tout simplement "leur immaturité et irresponsabilité", comme l'a écrit un participant à ces blogs, mais elle aura des conséquences graves.

L'élection de Mélenchon, ou simplement son passage au second tour, auraient permis enfin à "la gauche", celle des travailleurs et des révolutionnaires, pas celle des bobos et "démocrates" néolibéraux, de balayer enfin de la société ce parti, le PS, qui leur a fait tant de mal depuis un siècle. L'échec de Mélenchon va rejeter le PS dans l'opposition. Après l'élection de Macron, il suffira de quelques mois à chacun pour comprendre que son programme est celui du MEDEF et qu'il ne va répondre à aucune des aspirations de ceux qui ont voté pour lui (sauf les électeurs "de droite" bien entendu). Avec lui, on est sûr que la loi Travail ne sera pas abrogée, mais renforcée, que nous ne sortirons pas du nucléaire, que les conditions de vie de la majorité de la population vont continuer à se dégrader edt les profits de la petite frange de super-possédants continuer à grimpe en flèche. Et peu à peu le PS pourra, une fois encore, se refaire une virginité, au prix d'une crise et d'un remaniement interne, et prétendre constituer une "alternative" crédible. Ce parti presque mort va se relever peu à peu au fil des années, une fois de plus, jusqu'à prétendre de nouveau accéder au pouvoir pour recommencer à trahir ceux qui, sempiternellement, prendront ses promesses au sérieux. Et au sortir du quinquennat de Macron, officiellement estampillé "centre" (comme si ceka existait), les conditions seront bien moins favorables pour lers Insopumis qu'elles ne l'étaient cette année après l'utilisation répétée du 49-3 par un gouvernemernt estampillé "de gauche".

Pour que ce scénario, qui s'est produit tant de fois ces dernières décennies, ne se répète pas une fois encore, il faudra aux Insoumis construire une réelle force politique durable et enracinée dans le pays. Un pari, un réseau, une galaxie de groupes? Il faut bien entendu y croire et y participer, mais cela sera bien plus difficile que si les trois petits cochons débiles n'avaient pas délibérément, ou encore pire inconsciemment, barré in extremis la route à la dynamique insoumise.

 

Alain Dubois

23 avril 2017, 22 h 50

 

Publication originale:

https://blogs.mediapart.fr/alaindubois/blog/230417/merci-aux-trois-petits-cochons

https://blogs.mediapart.fr/alaindubois/blog/230417/merci-aux-trois-petits-cochon

__________

 

Mots clés : Benoît Hamon. Cinquième République. Démocratie.  Jean-Luc Mélenchon. Lutte des classes.Mouvement ouvrier. 

__________

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article